Media > Publications > Observatoire socio-démographique Haut Pays Bigouden. Edition 2016 (11/2017)

Observatoire socio-démographique Haut Pays Bigouden. Edition 2016 (11/2017)

Observatoire socio-démographique Haut Pays Bigouden. Edition 2016 (11/2017)
Auteur : QCD - QUIMPER CORNOUAILLE DEVELOPPEMENT
Date : novembre 2017

L’observatoire socio-démographique de la communauté de communes du Haut Pays Bigouden facilite la compréhension des dynamiques démographiques et sociales  en œuvre sur le territoire.
L’analyse de la structure démographique laisse apparaître une progression du nombre d’habitants  depuis 1999. L’augmentation de la population est liée à un solde migratoire fortement posi- tif qui  compense un solde naturel d’abord négatif, puis quasi à l’équilibre entre 2008 et 2013. La  proportion de personnes agées est assez prononcée, malgré un certain rajeunissement de la population, grâce à l’arrivée de nouveaux habitants plus jeunes.
Avec une progression de la part de la population diplômée, on observe une baisse significative du taux de scolarisation parmi la population âgée de 18 ans et plus. La faible offre de formation supérieure sur le territoire participe à expliquer cette tendance. L’étude des navettes domicile-travail montre un déficit d’emplois par rapport à la population active, seuls un tiers des  habitants exerce leurs activités sur le territoire. Elle confirme également que la grande majorité  de ces déplacements est effectuée en lien avec EPCI limitrophes de Cornouaille et particulièrement au sein de l’agglomération Quimper Bretagne Occidentale
Le nombre et la part des foyers imposables sont en forte baisse depuis 2011, seuls deux foyers  fiscaux sur cinq étant soumis à l’impôt en 2014. Les allocataires CAF y sont toutefois moins dépendants des prestations sociales que dans le reste de la Cornouaille.
En 2015, sur le volet santé, avec l’absence de médecin généralistes sur la moitié des communes du  territoire, on constate une plus faible densité d’omnipraticiens qu’en Cornouaille et que dans le  reste du Finistère. Parallèlement, le nombre de consultations chez les médecins généralistes par  bénéficiaire est inférieur aux territoires de comparaison.


puce Toutes les publications