Media > Publications > La géographie des échanges privilégiés des 56 aires urbaines bretonnes: une architecture départementale pour les flux de proximité, régionale ou transrégionale pour les flux économiques

La géographie des échanges privilégiés des 56 aires urbaines bretonnes: une architecture départementale pour les flux de proximité, régionale ou transrégionale pour les flux économiques

La géographie des échanges privilégiés des 56 aires urbaines bretonnes, Octant analyse, n°63, avril 2014, 5p.
Auteur : INSEE BRETAGNE, QCD - QUIMPER CORNOUAILLE DEVELOPPEMENT, ADEUPa, CADD22, AUDIAR, AUDELOR, Sylvie Cap (Côtes-d’Armor Développement), François Rivoal (ADEUPa), Ronan Viel (Audiar), Olivier Léon (Insee Bretagne)
Date : avril 2014

Contexte de l’étude

En 2011 et 2012, le réseau des agences bretonnes a mené une analyse détaillée de l’armature urbaine de notre région («L’armature urbaine bretonne» novembre 2012). Ce travail s’est appuyé sur une synthèse bibliographique, un séminaire réunissant des spécialistes du sujet et une analyse statistique des trajectoires des aires urbaines bretonnes durant la décennie 2000. La question des relations et des échanges entre territoires n’avait pu alors qu’être effleurée. C’est pourquoi, en 2013, dans un contexte législatif marqué par l'Acte III de la décentralisation et la création des métropoles, le réseau des agences a souhaité travailler en partenariat avec l’INSEE sur l’analyse des flux entre aires urbaines bretonnes mais également entre le réseau breton et le système urbain national. Les résultats sont publiés dans Octant analyse, n°62 et 63, avril 2014, 5p.

Introduction

Entre les aires urbaines de Bretagne, les flux démographiques ou économiques font apparaître des relations privilégiées entre certains territoires. Les flux de proximité tels les navettes domicile-travail ou transferts d’établissements dessinent une Bretagne à quatre systèmes d’échanges privilégiés qui se confondent quasiment avec les limites départementales. Ces flux se caractérisent à la fois par leur forte intensité et leur caractère polycentrique. Les flux de plus longue distance révèlent d’autres périmètres d’échanges privilégiés : d’échelle interdépartementale pour les migrations résidentielles et de dimension régionale ou transrégionale pour les flux économiques. Ils se caractérisent par un fonctionnement plus monocentrique en raison de la rareté de certains équipements ou fonctions

Consulter Octant analyse n°63 sur le site de l'INSEE


puce Toutes les publications