Accueil > Actualité > [QCD vous informe] Le baromètre des territoires 2019 : la France en morceaux

[QCD vous informe] Le baromètre des territoires 2019 : la France en morceaux

ill_19-06-carte_Barometre_des_territoires

Le cabinet Elabe et l’Institut Montaigne, en partenariat avec France Info et de nombreux titres de presse quotidienne régionale (dont Ouest France), publient « La France en morceaux », édition 2019 du Baromètre des territoires, qui analyse la France d’aujourd’hui avec un double regard, sociologique et territorial.

Enseignements nationaux et focus régionaux

Cette enquête révèle de grands enseignements nationaux, quatre grands portraits de Français (« affranchis », « enracinés », « assignés », « sur le fil ») et une analyse par région mettant en exergue les spécificités de chacune d’elles. L’enquête repose sur 120 questions, posées à 10 010 personnes dans toute la France, avec un échantillon représentatif des résidents de chaque région métropolitaine (802 en Bretagne).

Les Français font le récit d’une vie privée heureuse. 73% des Français déclarent être heureux (dont 33% très heureux). Ils mettent en avant un équilibre trouvé entre temps de vie personnelle, familiale, sociale et professionnelle. Ils ont la certitude d’avoir dans leur entourage des personnes sur qui compter en cas de problèmes graves. Ils partagent le sentiment d’avoir choisi la vie qu’ils mènent et ce bonheur privé se prolonge par sentiment qu’il fait « bon vivre » dans son quartier, dans sa commune, quelles qu’en soient les réalités socioéconomiques.

Cet espace personnel est pourtant percuté de plein fouet par la crise du pouvoir d’achat et le sentiment désormais majoritaire de vivre dans une société produisant relégation et exclusion. 78% des Français jugent la société actuelle injuste (dont 28% très injuste). Ils estiment que la réussite sociale est jouée d’avance et dépend beaucoup des origines des gens. Ils jugent que la société dans laquelle vivaient leurs parents était plus juste. Un jugement rendu notamment au regard de l’écart entre hauts et bas salaires et des inégalités sociales (plus que territoriales).

Ce sentiment d’injustice fragilise le consentement à l’impôt. 34% des Français considèrent qu’impôts et taxes sont inutiles et 65% qu’ils contribuent plus au système qu’ils n’en bénéficient. Pourtant, le pacte fiscal n’est pas rompu puisque 81% des Français affirment être prêts à payer plus d’impôts ou de taxes si cela permettait, notamment, de réduire la pauvreté (36%), d’avoir un meilleur système de santé (31%), de réduire les pollutions (23%) ou d’avoir une meilleure éducation (21%).

Le Baromètre des Territoires révèle par ailleurs quatre grands types de trajectoires sociales et territoriales.

  • 21% des Français sont « affranchis » des contraintes territoriales et sociales : ils ont peu d’attache territoriale, ils réalisent leur projet de vie sans entrave, ou ont les moyens socioculturels de surmonter les obstacles, de s’emparer des opportunités et de tirer parti des évolutions de notre société.
  • 22% font le choix résolu d’un « enracinement » dans leur territoire. Heureux de vivre là où ils ont choisi de vivre, leur bulle personnelle est un bouclier qui les protège de la violence sociale.
  • 25% sont « assignés » à leur territoire et subissent de plein fouet les inégalités sociales et territoriales. Ils sont bloqués géographiquement et socialement. Ils dessinent leur avenir et celui de leurs enfants avec pessimisme.
  • 32% vivent « sur le fil ». Ils subissent une forte tension entre leur aspiration à la mobilité sociale et territoriale et une difficulté à s’affranchir de leur situation socio-économique et des inégalités territoriales.

Focus Bretagne: première région française « il fait bon vivre dans son quartier et dans sa commune » et « optimiste pour l'avenir »

Cette enquête révèle « la richesse sociale et le bon vivre sous le ciel de Bretagne ». Celle-ci est la première région française où ses habitants considèrent « qu’il fait bon vivre dans son quartier et dans sa commune » (75% contre 66% pour la moyenne nationale). La Bretagne est également la première où ses habitants sont « optimiste pour l’avenir de sa région » (57% contre 45% pour la moyenne nationale). Un tiers des Bretons affirment même sans retenue que l’endroit où ils vivent « n’a aucun défaut ! ».

Ils considèrent la Bretagne comme étant composé de territoires attractifs, relativement épargnés par les pollutions et dans lesquels ils se sentent en sécurité. Ils racontent avec bonheur leurs paysages et leurs traditions et témoignent de l’entraide et de la fraternité entre les gens. Ils constatent une certaine homogénéité sociale considérant qu’avec leurs voisins « ils se ressemblent tous un peu » (origine, modes de vie, niveau social). En revanche moins de deux Bretons sur cinq jugent que l’endroit où ils vivent est bien desservi par les transports en commun. Un breton sur deux considère même les transports comme le premier défaut de la région, loin devant son climat.

> La très significative surreprésentation d’«Enracinés» fait de la Bretagne la région de France à laquelle ses habitants sont le plus attachés (77%, + 19)

> L’hypothèse de lui préférer une autre région n’est envisageable que pour 26% des Bretons (-16). Ils sont les seuls Français à être plus attachés à leur région qu’à la France (73%,).

Découvrez le Baromètre

Retrouvez l’intégralité du Baromètre des territoires ainsi que le zoom sur la région Bretagne sur le site internet du cabinet Elabe.


Dernière modification : 03 juillet 2019
puceToute l’actualité